13 septembre 2008

Mes hommes de lettres

C’est reparti pour une autre rentrée littéraire. Encore des noms qui énervent. Partout en ce mois de septembre, des piles de Nothomb pierre-et-gillisée qui défient celles d’Angot ou de Castillon… Au milieu de tout ce charivari (dans lequel on n’a surtout pas oublié de ressortir aussi des best-sellers comme le hérisson de Barbéry), les sirènes éditoriales officient et fondent sur les proies-lecteurs. En ces temps d’ouragan livresque on aimerait tellement parfois mettre au rebut nos boules Quiès – celles qui nous servent à ne pas... [Lire la suite]